Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !
De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !
Psaume 95, 1-3
© AELF - Tous droits réservés

Les signes et symboles du baptême

L’Eglise emploie des signes pour le baptême, signes visibles qui vont nous permettre d’entrer par la foi, dans l’action invisible de l’Esprit Saint. Par exemple, le signe de la croix, symbole de la mort et de la résurrection du Christ pour nous sauver.

Le signe de la croix

Le signe de la croix, signe de reconnaissance des fidèles du christ, est le premier geste du baptême. Sur un site pour famille, j’ai bien aimé la définition qu’ils en donnent : le signe de la croix est pour nous rappeler que nous sommes chrétiens et amis de Jésus.

En fait c’est le signe du Christ par excellence. Avec ce signe, le futur baptisé entre donc dans la grande famille des chrétiens.

La parole qui accompagne ce geste le montre d’ailleurs bien ; le prêtre ou le diacre dit : « la communauté chrétienne vous accueille avec joie. En son nom, je vous marque de la croix, le signe du Christ, notre Sauveur ».
Le signe de la croix qui est alors tracé sur l’enfant est bien la marque d’appartenance à la communauté chrétienne, au peuple qui croit en ce Jésus qui a donné sa vie pour nous, pour nous sauver du péché.

Ainsi ce signe implique aussi l’idée d’une marque de salut, et ce car c’est une marque d’appartenance au peuple des sauvés.

C’est l’acte central du temps de l’accueil dans l’Église.
Il est tracé sur le front du futur baptisé par plusieurs personnes : Le prêtre, puis des membres de la communauté, les parents, les parrains et marraines .

Le signe de l’eau

L’eau est signe de beaucoup de choses. Elle est nécessaire à la vie – 65% du corps humain est constitué d’eau. L’eau rafraîchit, nettoie, purifie... Mais elle peut aussi détruire, tuer !

Le mot baptême vient d’un verbe grec qui signifie « plonger » - mais dans le rite du baptême catholique, cette plongée est le plus souvent symbolique et réduite à quelques gouttes d’eau versées sur la tête du baptisé ! Elle symbolise la mort au péché, et la renaissance à la vie du Christ – le passage par la mort et la résurrection du Christ.

La plongée dans l’eau rappelle aussi deux grandes traversées effectuées par le peuple Hébreu durant son exode :

- Le passage de la Mer Rouge, même si la Bible nous dit qu’il se fit à pied sec : ce passage est l’épisode essentiel de la libération de l’esclavage du peuple hébreu. Il est l’origine du mot Pâque (passage). Et la résurrection de Jésus-Christ fait écho à cet évènement, en nous libérant de l’esclavage du péché.

- La traversée du Jourdain, lorsque, après 40 années dans le désert le peuple a pu, enfin, gagner la Terre Promise. On se rappellera aussi que c’est dans le Jourdain que Jean-Baptiste baptisait, et que Jésus lui-même a été baptisé.

L’eau est aussi le signe de la vie en Jésus-Christ. Pensons au coup de lance donné par le soldat romain à Jésus mort sur la croix : l’évangile de Jean nous dit qu’il en sorti de l’eau et du sang. Certains théologiens y voient à la fois le signe du baptême (l’eau), et celui de l’eucharistie (le sang). Enfin, on peut voir aussi dans l’eau le signe du don de l’Esprit Saint, bien que celui-ci soit aussi manifesté à travers le Saint Chrême.

Le Jourdain :

Dans l’Ancien Testament, le rite de l’eau existait, bien avant que l’Eglise ne le fasse sien. Le peuple juif le connaissait comme rite de purification et de guérison.
Vers 850 Av JC, Elisée envoie Naaman le Syrien (lépreux) se plonger 7 fois dans le Jourdain, et pas un autre fleuve qui était sûrement plus propre. Il en ressort guéri.
Le Jourdain est le symbole de la vie, de la guérison.
Le Jourdain symbole d’entrée en terre promise avec Josué : passage de l’esclavage à la liberté.
Dans le nouveau Testament, Jean-Baptiste prêche le baptême dans le Jourdain c’est une démarche de conversion, la personne se tourne vers Dieu.
Jésus est baptisé dans le Jourdain : il descend 7 fois dans le Jourdain et en remonte.

le signe de l’onction avec le saint Chrême

Cette onction est la marque de Dieu, signe de sa bénédiction. Elle marque la dignité du baptisé qui reçoit l’Esprit Saint ; il est devenu un autre Christ . Comme lui, il est poussé par l’Esprit pour témoigner de l’Evangile dans le monde.

Le signe du vêtement blanc

Le blanc est la couleur de la lumière or la lumière est la couleur de Dieu.
L’enfant baptisé en se couvrant de ce vêtement blanc reçoit la vie divine, le Christ habite en lui. « Tu as revêtu Jésus-Christ »

Le signe de la lumière

Le Christ est lumière pour éclairer le monde (Luc 2, 32)
Le baptême se fait en présence du cierge pascal, symbole du Christ vivant mort et ressuscité la nuit de Pâques.
Un cierge est allumé au cierge pascal et donné au baptisé (par le parrain ou le père… ) pour montrer que le nouveau baptisé est sorti du monde des ténèbres et entré dans un monde de lumière. Il reçoit la lumière du Christ ressuscité et est chargé de la transmettre aux autres

Le signe de l’imposition des mains

Le prêtre impose la main sur la tête de l’enfant : signe qui symbolise l’adoption, la transmission de la force libératrice de Jésus ; car le futur baptisé , tout au long de sa vie, devra lutter contre le mal. Il va affronter le passage symbolique de la mort à la vie. C’est le sens du baptême.

Les signatures sur le registre des baptêmes

Par leurs signatures, parents et parrain-marraine sont les témoins de l’entrée du nouveau baptisé dans la communauté chrétienne.