Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies

Homélies

21 juin 2024

11ème dimanche du Temps Ordinaire, Année B

Dimanche 16 juin 2024

D’une graine minuscule, il peut germer quelque chose de grand !

Il y a quelques semaines, nous étions en Bourgogne, où nous avons visité une moutarderie. L’occasion d’en apprendre plus sur cette plante – aussi appelée sénevé – dont Jésus nous parle dans l’évangile d’aujourd’hui. La graine que nous avons tenue en main est en effet très petite, à peine une tête d’épingle. Quand à la plante, elle ressemble beaucoup au colza que nous voyons fleurir en jaune dans les champs au printemps. Une grande plante, même si elle n’est pas vraiment énorme comparée à d’autres plantes que l’on trouve chez nous...
Mais je ne suis pas là pour vous faire un cours de botanique ! Jésus ne prend la graine de moutarde en exemple que pour nous dire que, d’une graine minuscule, il peut germer quelque chose de grand !
Par la parabole du semeur, Jésus veut aussi nous dire que, quand la graine a été mise en terre, ce qu’elle devient ne dépend plus du semeur. Si la terre était bien préparée, il faut juste du temps, et la pluie qui tombe à son heure pour que la graine germe, et donne naissance à une plante qui portera du fruit. Jésus vivait à une époque où on ne mettait pas de pesticides ni d’engrais dans les champs !
La graine – celle de moutarde, comme le grain de blé – c’est la parole de Dieu, c’est la parole de Jésus... Une parole qui, comme une petite graine, est semée en tous ceux qui l’entendent. Et la plante, c’est le royaume de Dieu. Le royaume de Dieu qui peut grandir en nous, si nous laissons la parole germer, grandir, s’épanouir et porter du fruit. Le royaume de Dieu, c’est le royaume de l’amour, un royaume qui nous est promis pour l’éternité, mais qui peut commencer ici et maintenant, là où nous vivons la parole, là où nous aimons nos frères.
La graine a été semée en nous, dès notre baptême. D’autres graines sont venue s’ajouter, par les gestes d’amour que nous avons reçu, d’abord de nos parents, par notre éducation chrétienne, par toutes les paroles que nous avons entendues. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est sûrement que ces graines, ou au moins quelques unes d’entre-elles ont pu germer et grandir !
Le semeur, c’est d’abord Jésus bien sûr, mais, par notre baptême, il nous passe le relais. C’est à nous désormais de transmettre sa parole, d’être des semeurs. Mais ce que nous avons semé ne nous appartient plus ! Au cours d’une célébration de baptême à laquelle j’ai assisté, le prêtre, après avoir rappelé aux parents, comme le veut le rituel, leur engagement de donner une éducation chrétienne aux enfants, a ajouté : ce qu’ils en feront plus tard, ce n’est plus votre affaire !
Dans mon ministère de diacre, j’ai souvent l’occasion de semer des graines. Par les baptêmes que je célèbre d’abord. Par la parole que je proclame ensuite, et dont je m’efforce d’être témoin – sans être sûr de toujours y arriver ! J’aimerais voir des fruits, mais cela arrive rarement, et si cela arrive, ce n’est pas forcément moi qui en serais témoin ! Et après tout, quand on célèbre des baptêmes, en particulier d’adultes, sur notre paroisse, nous récoltons sûrement le fruit de ce que d’autres ont semé !
Alors, efforçons nous d’être des semeurs, des semeurs humbles. Nos paroles et nos actes peuvent être autant de semences du royaume de Dieu. Ce que deviendront ces graines ne dépend plus de nous, mais de la grâce de Dieu et de la liberté de ceux en qui elles ont été semées ! Et les fruits ne seront pas toujours spectaculaires ! Une relation d’amitié qui nait, une personne qui s’ouvre un peu plus aux autres, un pardon, une réconciliation... Le royaume de Dieu dans toute sa splendeur, ce ne sera pas pour tout de suite ! Mais sachons en reconnaître les prémices, et rendre grâce !
Amen

Gilles Berger Sabbatel

Références des textes liturgiques :Ez 17, 22-24, Psaume 91 (92), 2-3, 13-14, 15-16, 2 Co 5, 6-10, Mc 4, 26-34.

11 juin 2024

Dixième dimanche du Temps Ordinaire Année B

S 08 /06/2024) Eglise Saint-Georges, Saint-Georges-de-Commiers et D 09/06/2024 église Saint Jean-Baptiste, Vif

Dieu est amour, Dieu est miséricorde

L’évangile de saint Marc commence à souligner les oppositions rencontrées par Jésus. Il nous montre ce dimanche Jésus aux prises avec la calomnie. Le Seigneur y répond en proclamant sa victoire sur Satan. Cette victoire du Christ sur le démon avait été annoncée dans le récit imagé des origines, où nous voyons Dieu annoncer que, si la femme a succombé à la tentation, sa descendance écrasera la tête du serpent.
Dans l’épître saint Paul parle des faiblesses et des souffrances de l’Apôtre en montrant comment il les supporte et les surmonte par la foi au Christ ressuscité.
En suivant le Christ dans les Évangiles, nous percevons la tension et la malveillance qui, peu à peu, le cernent. Les chants de ce dimanche invitent pourtant à une grande confiance. Au milieu des épreuves, le psalmiste exprime une paix intérieure surprenante, une audace frôlant la témérité : « Moi, craindre ? quand le Seigneur est mon illumination ! Trembler ? quand le Seigneur est là qui me tient dans le creux de ses deux mains ? » (traduction de Paul Claudel). Cette force d’âme est un fruit de la prière, accordé à celui qui, « refusant de s’endormir dans la mort », se tourne vers Dieu pour accomplir ce qui est juste.
L’assemblée des chrétiens fait monter aujourd’hui vers Dieu l’homme de son amour et de sa confiance : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut ». « Je t’aime, Seigneur, tu es ma force, tu es mon Dieu ». Ce Dieu, « source de tout bien », en qui nous exprimons notre foi, nous a révélé son être intime : il est amour. Si saint Jean peut nous le dire d’une manière aussi ferme, c’est qu’il en a fait l’expérience en Jésus-Christ. Touchant de ses mains le Verbe de vie, il a touché le Dieu amour. Pour nous aussi, la découverte du Dieu amour ne peut être que le fruit de notre découverte de la personne de Jésus et du mystère du salut en son Nom.
L’annonce du salut en Jésus-Christ remplit la liturgie de la Parole, comme le Seigneur remplit de sa présence personnelle la liturgie eucharistique. C’est la raison pour laquelle la préface prend souvent pour thème le mystère de l’Homme-Dieu, qui « s’est servi de notre condition mortelle pour nous affranchir de la mort » et faire que « notre existence périssable devienne un passage vers le salut ». Au long de ce passage, où il n’est pas toujours facile de voir « ce qui est juste » et de l’accomplir, le Christ se donne à nous pour « orienter notre vie vers le bien » et nous apporter « un accroissement de charité ».
L’Esprit va être celui qui nous unit profondément au Christ, en ce lien intime qu’il a avec le Père. Si nous blasphémons contre lui, si nous refusons son œuvre en nous, nous nous coupons de Dieu et nous nous rendons incapables de recevoir sa miséricorde. L’Esprit désire nous envahir. Si nous l’accueillons, il nous pénétrera jusque dans les zones les plus obscures de notre être. Tout sera pardonné ! Nous sommes donc invités à nous mettre sous la protection de l’Esprit, comme nous le faisons avec notre bon ange en lui confiant la semaine qui s’ouvre.
Dans notre prière, pensons bien à remercier le Seigneur pour les saints prêtres, tâchons de rester fidèles aux oui que nous avons prononcés et engageons-nous sur le terrain de la charité, par exemple au moyen des réseaux sociaux qui doivent favoriser la solidarité et l’apprentissage du respect de l’autre dans sa différence.

« Il est plus beau de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement. »
Saint Thomas d’Aquin

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques :
Livre de la Genèse III, 9-15 ; Psaume CXXIX (CXXX) ;
Deuxième Lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens IV,13-V,1 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc III, 20-35

Solennité de la Sainte Trinité

Un seul Dieu en trois Personnes

>> Lire l'article...

Septième dimanche de Pâques Année B

Jésus prie pour ses disciples

>> Lire l'article...

6ème dimanche de Pâques Année B

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés

>> Lire l'article...

4ème dimanche de Pâques Année B

Jésus nous aime, nous sommes le troupeau qu’il conduit

>> Lire l'article...

Troisième dimanche de Pâques Année B

Jésus se montre aux apôtres

>> Lire l'article...

Saint Jour de Pâques

L’Église du matin de Pâques

>> Lire l'article...

Veillée Pascale

La Nuit du grand Passage

>> Lire l'article...

Jeudi Saint

Le geste du Serviteur

>> Lire l'article...

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur Année B

Au Porche de Jérusalem, au seuil de la Sainte Semaine

>> Lire l'article...

Quatrième dimanche de Carême Année B

Son amour est infini

>> Lire l'article...

Troisième dimanche du Carême Année B

Le mystère pascal se dévoile

>> Lire l'article...

2ème dimanche de carême Année B

Accomplir la volonté de Dieu

>> Lire l'article...

Premier dimanche de Carême Année B

Le Carême, un temps de grâce

>> Lire l'article...

Mercredi des Cendres

Ingrédients pour un bon Carême

>> Lire l'article...

Sixième dimanche du Temps Ordinaire Année B

Vivre avec les autres jusqu’à les toucher

>> Lire l'article...

Cinquième dimanche du Temps Ordinaire Année B

Face à la maladie (la belle-mère de Simon)

>> Lire l'article...

Quatrième dimanche du Temps Ordinaire Année B

Une parole forte

>> Lire l'article...

3ème dimanche du Temps Ordinaire Année B

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent...

>> Lire l'article...

Deuxième dimanche du Temps Ordinaire Année B

Venez et vous verrez

>> Lire l'article...

Solennité de l’Epiphanie du Seigneur Année B

L’étoile, le filet et la Croix

>> Lire l'article...